COUTELLERIE CECCALDI, L'ATELIER

 

 

Couteliers-forgerons les artisans de la maison Ceccaldi touchent à tous les domaines de la coutellerie. Depuis la conception jusqu’à la réalisation finale d’un couteau, de nombreuses techniques de travail sont mises en œuvre. Le savoir-faire du coutelier est donc transversal, il réunit le travail de l’acier bien sûr, mais aussi celui du bois, de la corne ou encore des métaux précieux. C’est pourquoi tout au long de leur vie d’artisan les couteliers de la maison Ceccaldi ne cessent de se former à de nouvelles techniques, au travail de nouveaux matériaux. L’alchimie créée par ces différentes formations rend le savoir-faire de chaque coutelier unique.

 

 
La forge est sans doute le savoir-faire le plus emblématique du coutelier. Lors de cette opération, l’acier est porté à haute température afin de le rendre malléable et de pouvoir ainsi lui donner, sous l’impulsion du marteau du forgeron, sa forme et sa finesse définitive. Cette façon de fabriquer n’est pas la seule à être utilisée par les couteliers de la maison Ceccaldi ; le plus souvent les lames sont découpées, selon un dessin ou un patron original, sur des plaques ou des barres d’acier et ensuite meulées afin de creuser l’acier, opération que l’on appelle l’émouture. Puis intervient une étape essentielle : la trempe. Cette étape consiste à passer au four les ébauches de lames à une température de 840° pour les aciers carbone ou 1040° pour les inox et ensuite à les refroidir immédiatement soit dans l’huile soit au contact de l’air pour les inox. Ensuite un nouveau passage au four à une température bien plus basse pendant une heure permettra de détendre cet acier et ainsi de le rendre moins cassant. C’est la parfaite maitrise de ces opérations qui définira la dureté et donc la qualité du tranchant de chaque couteau fabriqué dans les ateliers Ceccaldi.

 

 
Une fois ces lames trempées elles seront une nouvelle fois emoutes puis polies pour enfin être affutées.

 

 
Les manches sont entièrement façonnés à la main, à partir de bûches de bois bruts ou de carrelets ; tous ces bois sont séchés pendant des mois avant de pouvoir être utilisés, puis sciés et mis en forme à l’aide de bandes abrasives. Les cornes de bélier sont utilisées pour leur aspect brut, elles sont redressées puis cuites dans l’huile et seront ainsi prêtes à être montées sur les manches de couteaux. Toujours à la recherche de nouvelles inspirations, la maison Ceccaldi travaille aussi des matériaux moins traditionnels tels que la fibre de carbone, l’aluminium, l’os coloré ou encore le bois stabilisé.

 

 
Le savoir-faire artisanal des couteliers de la maison Ceccaldi confère à ces couteaux caractère et authenticité, ce petit supplément d’âme rend chaque couteau unique, c’est pourquoi les photos que vous trouverez ici ne sont que des exemples de fabrication.